Le A22 Vision


Les premiers A22 Vision français étaient présentés au salon de Blois 2001. Que de chemin parcourus depuis cette époque et avec le souci de coller encore plus aux exigences de nos clients, de nombreuses modifications sont apparues. Une douzaine d’appareils visible en France et en Belgique présente de nombreuses différences.

L’avionique, la cellule, l’aile et bientôt les motorisations caractériseront le A22 Vision nouvelle génération, sans trahir l’esprit primitif de cet excellent ULM : la visibilité, le confort et les performances d’un STOL accompli !

LE KIT


C’est à Youri Yakovlev (designer chez Antonov) que nous devons le design hors normes et la qualité de construction en série du A22. Installé au cœur de Kiev dans un immeuble à trois étages et sur plus de 1500 m², Aeroprakt Ltd surprend par son organisation et ses méthodes de travail.

Pas moins de quarante techniciens spécialisés sur chaque poste officient avec des moyens qui appartiennent à la grande maison de l’aéronautique (presse numérique, 8 postes de recherche et développement, chaîne de montage en ligne, atelier composite et peinture, etc.) ou de l’artisanat d’art (certaines pièces sont ajustées à la main). Dés lors le Kit avancé, pré-percé, et ajusté devient une aventure aussi facile qu’enrichissante : assemblage des trois sous-ensembles de la cellule, entoilage et peinture, pose du moteur et du faisceau électrique, tableau de bord personnalisé.

Seul les carénages de roues et le capotage moteur sont en composite. Noter les ouies latérales pour l’évacuation de l’air chaud interne – peinte sur les versions 2004.


Avec la réchauf carbu, une écope profilée sur le capot supérieur alimentera le moteur en air frais pour assurer la puissance max en plein été.
Fermeture capot par ¼ de tour Dzeus.


La planche de bord peut incorporer une avionique variée. Pack VFR analogique, Digifly, pack radio et transpondeur, GPS.
Une version « hélico » étudié pour les consoles de vol électroniques permet de sauver 1 kilo et de gagner en visibilité et confort pour les jambes format mannequin !
Digifly et Flydat sont nos solutions allégées pour la gestion du groupe moteur – EGT, CHT, Fuel P, Oil P and Oil T, rpm, hours, P d’admission…


Les portes latérales bombées ont permis de gagner en largeur cabine et en convivialité.
Pour se réchauffer l’hiver il y a le chauffage cabine trés efficace...

Evolution du siège hamac au siège baquet composite. Ici la version intermédiaire non réglable.

Noter la commande de vol par volant.




Grâce à un empennage largement dimensionné, le A22 procure une tenue en vol proche de l’avion.
Sur la version 2004, la profondeur est raccourcie (gain sur le poids et la traînée) sans nuire à la Vs : + 5 km/h et au travail de la profondeur sur la rotation.

Le plan fixe vertical est lui aussi redessiné sans perte d’efficacité.

Un vrai travail d’ingénieur aéro !

Si le A22 est un Vrai STOL, il le doit à ses flaperons (mélange d’ailerons et de volet) qui travaillent sur toute la longueur de l’aile à 10 °ou 20° .

Modifiés 2004, ils perdent 2 cm sur toute la longueur et augmentent considérablement le taux de roulis.

A22 à la rotation.
Noter l’incidence de l’appareil déjà importante sans réel travail de la profondeur encore dans le plan lisse. La roulette de queue permettant des atterrissages ultra STOL n’est là que pour empêcher le posé style train classique




Gros plan sur la lame d’amortisseur avant. Version 2004 elle est en acier, plus fine et plus longue.
Le contrôle au sol est d’une rare facilité. Roue de nez et en liaison mécanique directe avec les palonniers, la dérive est en liaison par câble.
 
 
 

Gros plan sur la quille qui assure le maintien du plan fixe horizontal et protège la cellule avec sa roulette de queue.

Noter : la chape de commande de profondeur et la connexion du trim électrique.

Pour réduire les traînées de forme et donc la traînée parasite, les Karmans d’emplanture d’aile sont particulièrement bien soignés. Un adhésif finira le travail entre l’aile et le karman.

Le A22 Vision n’échappe pas aux droits à la sécurité du passager et du pilote. Même s’il accède aux champs réduits et mal pavés une option parachute est disponible si vous survolez une étendue inhospitalière. Caisson rigide ne nuisant pas à la capacité bagage ou à la visibilité. Les câbles sont dissimulés et leur déploiement particulièrement étudié.


La finition des karmans, les trappes démontables pour l’extraction des réservoirs, les ouvertures arrières qui peuvent être remplacées par des feuilles d’alu en 2004, la jonction des flaperons au renvoi de commande interne.
Sur la version 2004, les 4 quarts de cercle formant les longerons de cellule passent à 1 mm suite aux efforts réduits et calculés de l’empennage.




Karman de hauban en composite.
L’aile est constituée d’un longeron situé au tiers de la corde. Un faux longeron arrière permet de reprendre les nervures alu et de fixer l’aile à la cellule.
Le hauban et renforcé de lames pour éviter les phénomènes de vibrations aérodynamiques.


Gros plan sur le levier de commande des flaperons. La poignée est jumelée à un système par câble de cran de sécurité.

Gros plan sur l’arrivée d’air pour le refroidissement moteur. Radiateur d’huile juste sous le cône d’hélice.

Noter : hélice Kievprop tripale




Pour finir, l’atout majeur du A22 Vision reste sa visibilité presque panoramique lui conférant un look différent et authentique. Le cocktail visibilité, confort, Stol et stabilité en fait l’outil convivial idéal pour la formation et les baptêmes au dessus des sites au potentiel image important : châteaux, montagne, vallée encaissées, etc.



Dernière mise à jour le 23/07/2007


Développé par webautonomie.com  -  Accès Membres