AVIASPORT - Octobre 2003

Aviasport N°184 octobre 2003
Extraits de l'article de Gabriel Gavrad

STING Carbone : Aux limites de la voltige avec +6G & -6G

Ce sting dont Michael Coates a décroché un record de distance( en catégorie microlight de la FAI) à son manche en Mai 2002 en couvrant 1583 km séparant Adélaide et Brisbane est superbe. Les proportions du fuselage s'accordent bien avec cette importante partie centrale et préservent une allure allongée, font de lui un appareil élègant. La visibilité est excellente. Les jambes de train en composite amortissent efficacement les cahots du taxiway. La stabilité sur les différents axes et l'homogénéité des commandes du sting sont remarquables, les réactions sont rapides et précises. En effet les performances du sting ne sont pas obtenues au détriment des qualités de vol

 Aviation & Pilote - Aout 2003

Aviation & Pilote N°355 septembre 2003
Extraits de l'article de Emmanuel Davidson

STING Carbone : Construit comme un avion

Le sting est beau, son esthétique particuliérement réussie, il ne laisse personne indifférent.En faisant le tour du Sting, il est rapidement évident que la construction est soignée, trés soignée même. Tl Ultralight la société tchéque qui le fabrique n'en est pas a son coup d'essaie.Plus de 300 modéles ont été livrés en Europe et au USA. Avec le Sting nous sommes en confiance,il est entiérement construit en composite, le sandwich carbone a été préféré pour des raisons de rigidité et de masse. Aucun risque de rupture au niveau des attaches d'ailes le systéme respire la solidité comme le reste de l'appareil. La verriére s'ouvre largement vers l'avant, découvrant le cockpit et rendant l'accés a bord aisé. L'habitacle est presque cossu, recouvert de tissus et de moquettes participent à l'impression de produit haut de gamme. Tout est clairement étiqueté et l'ensemble respire les meilleurs traditions aéronautique. La visite prévol est aisée. Le Sting Carbon est un petit gabarit , il se satisfera d'une petite place de hangar. La hauteur de la bulle permet de ne pas se cogner la tête à la moindre turbulence, l'agencement des commandes approche la perfection. C'est un des rares appareils avec lesquels vitesse de croisiére élevée rime avec stabilité, car la vitesse indiquée monte rapidement pour venir se stabiliser a 129 kt, les commandes sont douces et bien équilibrés. Le vol lent tient ses promesses car aprés avoir croisé a 130 kt et plus on se retouve a 60 kt, là pas de probléme particulier. Le Sting a un comportement sain et suffisament démonstratif comparé a certains appareils qui ont pourtant formé des générations de pilotes. Son gabarit réduit ne sacrifie rien en termes de confort et de performances.


 Info Pilote - Décembre 2002

Info-pilote N° 561 décembre 2002
Extraits de l'article de Gilles Rivet

Le Sting, la nouvelle star venue de l’ouest

Le Sting se présente comme un appareil biplace côte à côte, à ailes basses et à train tricycle fixe. Sa construction irréprochable, en sandwich composite fait appel en grande partie au carbone.
Voler à bord d’un Sting est plus que rassurant.
Que l’on soit dans ou à l’extérieur de la machine, le niveau sonore est extrêmement bas.
A la mise en puissance, l’accélération est franche. Le Sting se contrôle parfaitement, malgré un couple hélicoïdal relativement important.
Les commandes sont parfaitement homogènes, particulièrement légères et redoutablement efficaces.
La maniabilité de la machine est aussi très étonnante.
Le retour sur la piste va démontrer, s’il en est encore besoin, les grandes qualités de cette petite machine.
A basse vitesse, le Sting reste très stable.
Facile à piloter, solide, démonstratif et maniable, le Sting devrait sans aucun doute rencontrer un grand succès tant auprès des particuliers que dans certains aéro-clubs désirant offrir à leurs membres un appareil performant et économique.
La machine est parfaitement finie.
Incontestablement, le Sting est une vraie réussite et l’essayer, c’est sans aucun doute l’adopter.


 Vol Moteur - Aout 2001 

Vol Moteur N°184 août 2001
Extraits de l'article de Philippe Tisserant

STING Carbone : un superbe jouet

En une dizaine d’heures de vol dont un convoyage depuis la République Tchèque, nous avons pu apprécier cet adorable ULM à la fois confortable, performant et finalement relativement économique puisqu’il est proposé sur le marché français nettement en dessous de 400 000 F avec toutes ses options.
Dans le domaine des multi-axes haut de gamme, le Sting se place remarquablement bien en matière de prix.
Les sièges sont fixes mais extrêmement confortables même après plus de trois heures de vol.
S’asseoir à bord est une formalité et l’on découvre une position confortable, ni trop assis ni trop couché.
Grâce à la position très haute des sièges et à la ceinture très basse des flancs, la visibilité est absolument incroyable.
Le roulage est facile grâce à la roue avant conjuguée aux palonniers. Les décrochages sont très rassurants.
L’hélice à pas réglable permet des pentes de descente impressionnantes en se mettant au petit pas ce qui prépare en même temps une éventuelle remise de gaz.
Les performances de l’appareil sont dans le très haut du tableau.
Le confort est remarquable surtout le niveau de bruit dont je n’ai pas parlé mais qui est relativement bas au point de presque pouvoir se passer de casques acoustiques.



Dernière mise à jour le 07/12/2006


Développé par webautonomie.com  -  Accès Membres